Comment ?

570 millions : c’est le nombre d’agriculteurs dans le monde

C’est le 1er réseau mondial de professionnels de l’environnement. Organisés et structurés par filière dans le monde entier, ils travaillent chaque jour au cœur de tous les écosystèmes planétaires pour fournir l’autonomie alimentaire à toute l’humanité. Près de 3 milliards de personnes en tirent leurs revenus.

Ils sont un atout formidable pour réaliser la transition agroécologique. En les équipant en nombre de solutions innovantes, ils pourront changer leurs pratiques culturales et accélérer la restauration de l’environnement, de la biodiversité et du climat.

Mais les agriculteurs sont aussi les premières victimes des changements environnementaux : baisse des rendements liée à la dégradation des sols, à l’effondrement des services rendus par les écosystèmes de leurs exploitations, à la multiplication des épisodes climatiques sévères (inondations & sécheresses); augmentation des charges d’exploitation et surendettement pour rester compétitif, volatilité des prix, baisse des revenus… entraînent conflits d’accès à la terre et aux ressources naturelles, augmentation de la pauvreté, de la malnutrition et de la mortalité, abandon des terres, des exploitations et migrations vers les centres urbains…

Si nous voulons être efficace, il faut aider les agriculteurs à se doter de solutions agroécologiques qui développent des techniques respectueuses et restauratrices de la nature et qui améliorent leurs revenus. Leur mise en oeuvre au cœur des exploitations, créera un cercle vertueux qui permettra de :

  • préserver et de restaurer les écosystèmes & la biodiversité des terres agricoles (un tiers des surfaces émergées du globe),
  • améliorer les revenus des agriculteurs pour qu’ils puissent continuer à transformer durablement leurs exploitations et vivre dignement de leur travail,
  • limiter l’accaparement des terres et des forêts pour l’élevage et les monocultures,
  • diminuer l’impact de notre surconsommation sur le climat par le développement des circuits courts et de l’économie circulaire.